Gwenn-Aël Lynn présente « Métissage olfasonore »

Le Symposium International sur l’Art Numérique / International Symposium on Electronic Art (ISEA) 2014 est une prestigieuse exposition internationale assortie d’une conférence sur l’art numérique.

Il s’agit d’une plate-forme destinée à la recherche récente sur les arts numériques, les pratiques interdisciplinaires, et les collaborations art/sciences. ISEA confronte la pratique des arts numériques actuels avec les disciplines sociales, culturelles, créatives et scientifiques et favorise le dialogue et l’échange entre ces différents secteurs.

ISEA est l’un des événements incontournables dans le secteur des arts numériques ! Sa vingtième édition se tiendra à Dubai du 30 octobre au 8 novembre 2014, sous la direction de la faculté d’art (College of Arts and Creative Enterprises) de la plus grande université des Emirats arabes unis, Zayed University. Ce sera une occasion unique de réunir le public et certains artistes du Moyen-Orient avec la communauté internationale sur les arts numériques.

Le nouveau thème de la conférence ISEA 2014 est basé sur l’emplacement et le sentiment d’appartenance, ainsi, il vise à promouvoir l’importance de l’espace public et la relation entre l’art, la technologie, le design et la ville.

L’Institut français est fier de participer à cet événement majeur en présentant l’artiste avant-gardiste franco-américain : Gwenn-Aël Lynn, qui a réalisé un projet passionnant basé sur le concept de créolisation. En effet, son oeuvre : « Métissage Olfasonore » est une installation interactive qui combine les sons avec les odeurs afin de révéler la complexité des identités métissées à Chicago. L’ oeuvre sera exposée à l’université américaine de Dubai (AUD).

 

"Métissages Olfasonore" (2013) photographe Sarah Baransky « Métissage Olfasonore » (2013), Gwenn-Aël Lynn

Cette pièce fut créée au cours des quatre dernières années et compte plusieurs collaborations notamment avec des parfumeurs, des musiciens / ingénieurs du son et des personnes interviewées dans la rue. Ces participants ont été interrogés sur leur propre définition de la mixité et ont été invités à raconter leur expériences de vie en fonction des odeurs, parfums… Cette étape constitue le composant olfactif de ce travail et en effet, les parfums sont nombreux : l’air sous pression, l’encens tibétain, les pins, les arbres, l’herbe fraîchement coupée, le sol, l’encens chinois, le rhum, le goudron, le cuir…

En outre, Gwenn-Aël Lynn a collaboré avec des artistes spécialisés dans la création sonore afin de créer des fichiers audio pour aider les visiteurs dans la reconnaissance et la compréhension des odeurs, parfums… et pour les éclairer également sur la notion de «métissage».

 

"Métissage Olfasonore" (2013), Gwenn-Aël Lynn « Métissage Olfasonore » (2013), Gwenn-Aël Lynn

Ainsi, les sons et les odeurs convergent afin de proposer aux visiteurs une expérience fragmentaire de la créolisation à Chicago. Il y a cinq pistes audio associées à chacun des parfums, il y a donc un total de 55 pistes audio (11 X 5). Chaque fois qu’un visiteur active un des diffuseurs de parfums, l’une de ces cinq pistes est choisie au hasard… Par conséquent, ce projet d’exposition assure une expérience sonore riche, unique et diversifiée. Cette installation interactive est totalement en adéquation avec la thématique de la conférence par le recours à une technique numérique révolutionnaire, et aussi par le thème central de l’oeuvre lié au métissage, ce qui questionne la notion de lieu et de ce fait la notion d’emplacement et de sentiment d’appartenance…

 

interaction 1« Métissage Olfasonore » (2013), Gwenn-Aël Lynn

Mot de l’artiste:
Métissage Olfasonore
est une installation interactive combinant sons et odeurs afin de révéler la complexité des métissages se produisant à Chicago. M’inspirant de l’oeuvre du poète Antillais Edouard Glissant, et en particulier de sa notion de Tout-Monde, et aussi des théories développées par François Laplantine et Alexis,Nouss, j’ai commencé ce projet en 2009 à partir de conversations avec des Chicagoens issues de diverses formes de métissage: métis, personne appartenant à plusieurs cultures, transgenre, bilingues ou trilingues, et en particulier des personnes qui, grâce à leur expérience personnelle, inventèrent leur propre définition du métissage. Je leur ai demandé d’associer leur expérience à des senteurs. Celles-ci forment la composante olfactive de ce travail.

En outre, j’ai collaboré avec des artistes sonores afin de créer des fichiers audios qui compléterait ces senteurs, et aideraient ainsi les visiteurs à reconnaître et comprendre ces senteurs. La structure sonore de chaque composition audio tente également d’exprimer un état métisse. Ainsi les sons et les odeurs convergent afin de proposer une expérience fragmentée du métissage. A chaque senteur sont associés cinq fichiers audios, il y a donc au total cinquante cinq pistes audios (11 X 5).  Chaque fois qu’un visiteur active un des diffuseurs d’odeurs, Pure Data choisit aléatoirement une de ces cinq pistes parmi le groupe propre à chaque odeur. Par conséquent, si le visiteur désirent s’attarder, une expérience auditive riche et diversifiée est garantie, tout en gérant la quantité et la circulation de l’information sonore.

Collaborateurs:
Compositions olfactives: Christophe Laudamiel et Michel Roudnitska.
Ingénierie sonore: Benjamin F. Carney
Compositions sonores: Christophe Gilmore AKA FluiD, Spencer Hutchinson, Rebecca Pavlatos, Travis.

Interlocuteurs:
Adrienne Dawes, Kelsang Drago, Amanda Gutierrez, Tanzin Jemyang, K-Joe, Shalaka Kulkarni, Diego Leclery, Luis Nasser, Evan Plummer, J. Frank Santana, Hui-Min Tsen, Dion Walton.

Participants du Workshop Olfactif:
Sebastian Alvarez, Evan Plummer, Samantha Hill.

Moulages de nez et d’oreille:
Sebastian Alvarez, James Britt Jr., César Condé, Samantha Hill, Nadia Hotait, Paul Hopkin, Bryant Koger, James Earl Lynn,  Shirin Mozaffari, Evan Plummer, Patrick « Q » Quilao, J. Frank Santana, Eric Winfield.

Avec tous mes remerciements, en particulier à mon père pour avoir soutenu ce projet tout au long de son évolution et à Gabriel Akagawa pour m’avoir indiqué la technique japonaise Hariko (papier mâché de riz).

Légendes:
« Métissage Olfasonore » (2013), Gwenn-Aël Lynn
Photographe: Sarah Baransky.
Installation interactive olfactive et sonore, hariko, Computer Vision, construit avec Processing et Pure Data (logiciels Open Source). Dimensions variables. (surface idéale: 100 m2/hauteur idéale: 3,5 m)

Le projet a été partiellement soutenu par le programme des bourses pour l’assistance à la communauté artistique, le département culturel de la ville de Chicago et le Conseil culturel de l’Illinois.

L’Institut français remercie chaleureusement ses sponsors et partenaires pour leur implication dans ce projet :

 Sponsors

Impression

Air France

 

 

 Partenaires

 

ISEA VraiPrintPrint